Association Citoyenne Apolitique

Mouvement collectif de réflexion et d'initiatives Citoyennes
Unis et citoyens, l'urgence d'agir ...

Le Mot du Président

Le Mot du Président

« J’ai l’envie et la volonté de faire quelque chose d’utile et de concret pour notre Ville, et de la soustraire des mains d’une équipe de personnes aussi passives, qu’incompétentes et inefficaces.


Il s’agit d’incompétence « volontaire » car des personnes non qualifiées n’ayant aucune connaissance, aucune expérience et aucune compétence particulière se retrouvent avec des charges qui ne les motivent pas, mais surtout ils ne font pas l’effort intellectuel de s’informer, de s’ouvrir et de collaborer avec les autres élus compétents. Ils devraient reprendre à leur compte l’adage qui dit que « Rien ne s’invente, tout ce copie » car il n’y a qu’à voir ce qui se fait dans toutes les autres collectivités. Cette situation reflète complètement celle des « politiques Nationaux » à qui sont confiées des tâches pour lesquelles ils n’ont pas été formés et dont il n’ont pas les capacités ni les connaissances.
On peut parler d’inefficacité car depuis le début du mandat, soit plus de 2,5 ans, on peut compter sur les doigts d’une main les nouveaux services, les nouvelles actions et améliorations qui, pourtant, seraient pour la plupart gratuits et/ou à moindre cout. Des adjoints rompus à la gestion de la vie locale n’apportent, par leur présence à des postes clés, pratiquement aucune valeur ajoutée, se contentant de gérer le quotidien comme ils ont appris à le faire. Des exemples parmi d’autres lorsque j’étais en charge des transports et du plan local des déplacements :

  • je souhaitais mettre en place un système de ramassage scolaire pédestre (ou Pédibus), la réponse d’Anne-Marie Gérard a été de me dire « on a déjà essayé, ils n’en veulent pas »…

  • Je souhaitais disposer d’une navette à la demande pour desservir des quartiers sous-équipés et j’avais demandé à Daniel Guetto d’étudier la possibilité d’utiliser le minibus et le chauffeur du SAM (Séniors Aide à la Mobilité) à mi-temps, sa réponse fut de me dire qu’il ne pouvait pas, le CCAS étant géré à part…

  • Je souhaitais mettre en place un système (gratuit et sans beaucoup de contraintes pour nos services) « d’auto stop partagé » qui met en relations des chauffeurs et des piétons effectuant quotidiennement le même trajet jusqu’à la gare par exemple, le Maire m’avait précisé que l’idée ne le séduisait pas et qu’il n’en voulait pas… Simultanément il avait refusé d’implanter l’aire de covoiturage sur un axe passant et il avait imposé qu’elle soit aménagée dans une rue déserte au mépris des recommandations des spécialistes…

  • Je souhaitais que les jeunes du CMJ accompagnent des élus volontaires afin de participer à des actions citoyennes sur le terrain (couper les végétaux qui obstruent les trottoirs, repeindre les barrières des maisons de personnes âgées, etc.) et Sébastien Beneteau m’avait répondu « on verra cela dans 1 an ou 2 car personne ne peut s’occuper du CMJ actuellement »…

  • Afin de relancer le marché Davout et d’augmenter sa fréquentation j’avais demandé à Réjane Malguy de mettre des panneaux précisant que le parking souterrain était gratuit tous les dimanche matins (l’absence de places de stationnement est préjudiciable) et sa réponse fut de ma dire « les panneaux coutent chers et tu n’es pas sans savoir que nous n’avons pas d’argent ! »…

    • Idem auprès de Marie-Lucie Choisnard à qui je suggérais d’organiser tous les dimanche matins des animations sur le parvis (danses, chorales, activités sportives, cours de cuisine et d’œnologie, etc.) afin de promouvoir le marché, et elle m’avait dit « on n’a pas le droit du fait de Vigipirate »…

  • Concernant le quartier de la gare et la grande rue qui est dans un état désastreux, j’avais préconisé à Nadège Achtergaële de se rapprocher de l’organisme d’état qui se charge de racheter ou d’exproprier les habitations et les commerces afin de constituer un ensemble qui sera ensuite revendu à des promoteurs pour construire du neuf, pas de réponse…

  • Face aux débordements des jeunes de Grand-Vaux qui viennent sans cesse perturber le fonctionnement dans le gymnase Douillet, j’avais préconisé auprès de Sébastien Beneteau puis de Mathieu Flower que la réponse de bon sens de feu Jean Marsaudon et de moi-même (j’étais à l’époque son conseiller sportif) fut répercutée aux jeunes, à savoir : « Que l’un d’entre vous obtienne un diplôme d’état ou fédéral et ensuite nous pourrons étudier la possibilité de libérer des créneaux afin que des groupes viennent pratiquer le Futsal en étant couverts par ses assurances »…

  • Etc. car il existe de nombreux autres exemples d’inactivité notoire…

Tout cela afin de vous démontrer que ces personnes ne sont pas efficaces car incompétentes et qu’elles n’ont pas compris que l’intérêt général nécessite d’agir au quotidien en trouvant sans cesse des améliorations, de nouveaux services, des économies, etc.
Pire et cela me déçoit énormément : pendant toute la campagne des élections municipales le petit noyau dur (environ 8 personnes) de l’équipe LBSS a collaboré d’une manière démocratique, tout le monde écoutant tout le monde, de la concertation régulière toutes les idées étant étudiées puis une fois Eric Mehlhorn désigné comme Maire, il a agit autoritairement et autocratiquement en prenant seulement l’avis d’un adjoint et de son Directeur de cabinet salarié ! Cette manière de faire est intolérable et préjudiciable au bon fonctionnement. L’intelligence collective n’est absolument pas mise à contribution, les élus se sentent mis à l’écart et ils sont frustrés, etc. En fait, l’être humain apparaît selon sa vraie nature, attiré par le pouvoir et par l’argent,
Prenez réellement conscience de l’état désastreux de notre commune et de nos services, et constatez que l’intérêt général n’est même pas considéré comme la priorité absolue puisque des décisions arbitraires et unilatérales sont prises sans aucune concertation au détriment de tous !
Regardez très précisément ce qui se passe dans tous les domaines sans exception : l’état de nos associations dans lesquelles certains bénévoles sont obligés de faire et de vendre des crêpes pour payer des maillots ou des frais de déplacements et alors que des associations se retrouvent avec des nouvelle subventions alors qu’ils n’en ont pas exprimé le besoin ; l’état de notre jeunesse pour laquelle absolument rien de nouveau n’est fait ; l’état de notre commune dans laquelle des piétons sont obligés de marcher dans la boue pour se déplacer et dans laquelle certains trottoirs sont impraticables en plus d’être couverts de végétaux ; l’état de nos commerces qui n’offrent plus la diversité que l’on serait en droit d’attendre ; l’état de nos services de santé avec les départ annoncés depuis très longtemps de nombreux professionnels et la nécessité d’aller voir des médecins référents dans d’autres villes ; l’état de notre culture avec toujours le même genre de conférences qui ne concernent qu’une très faible partie de la population et toujours pas de cinéma sans parler de studio de répétition, de café-théâtre, de cybercafé ; etc.
Soyez réellement convaincus qu’il est tout à fait possible d’agir beaucoup plus vite et de manière beaucoup plus intense mais surtout sachez que notre commune dispose de possibilités financières pour embaucher des emplois aidés qui permettront d’accomplir certaines actions et pour mener à bien tous les projets dont nous avons besoin rapidement :

  • Un excédent de 3,5 M€ à fin 2015 et qui sera surement supérieur à 6 M€ fin 2016,

  • La possibilité d’emprunter à des taux extrêmement bas,

  • La possibilité de vendre une toute petite partie de notre patrimoine immobilier (p.e. 4,5%) afin de générer des ressources d’environ 4 à 5 M€,

  • La possibilité de recourir à des aides et à des subventions qui sont disponibles dans de nombreux domaines.


Il ne faudrait pas laisser l’équipe dirigeante suivre et respecter les consignes de leur parti qui leur a stipulé lors d’un séminaire de formation de ne rien faire, hormis quelques saupoudrages, durant les 4 premières années du mandat, puis de commencer à établir les dossiers la 5ème année avant de réaliser les équipements la 6ème et dernière année ce qui permettra une réélection facile. Les consignes préconisent également de prendre les décisions et les mesures contraignantes (hausses des impôts, fermetures de services, licenciements, baisses des subventions aux associations et autres organismes) et impopulaires au cours des 2 premières années car les Saviniens auront oubliés 4 ans après !
Agissons et réclamons la concertation afin que les habitants soient les décisionnaires pour tout ce qui touche à leur vie quotidienne, cadre de vie, qualité de vie, sécurité, santé, culture, etc.
N’attendons pas car c’est aujourd’hui qu’il faut entreprendre et agir et pas dans 4 ans !!!
Rejoignez l’association et participez activement et collectivement à nos projets d’avenir, selon vos compétences et vos disponibilités.

Vive la démocratie, vive Savigny-sur-Orge et vive la République. 

Bernard BLANCHAUD

BB2