Association Citoyenne Apolitique

Mouvement collectif de réflexion et d'initiatives Citoyennes
Unis et citoyens, l'urgence d'agir ...

Liste des dysfonctionnements

Absence de communication et d'informations

Voici encore un exemple du mépris du Maire et de son équipe vis-à-vis des Saviniens à travers une absence grave de communication et une rétention d’informations.

Ce jour, à l’occasion d’une visite au siège de l’EPT GOSB (NDRL : Gand Orly Seine Bièvre) à ATHIS-MONS, j’ai pris les exemplaires des gazettes municipales qui sont mises à disposition par les services communications.

J’ai donc pris les gazettes suivantes :

  • Ville d’ATHIS-MONS, exemplaire SEPTEMBRE-OCTOBRE

  • Ville de JUVISY-SUR-ORGE, exemplaire OCTOBRE

  • Ville de MORANGIS, exemplaire SEPTEMBRE-OCTOBRE

  • Ville de PARAY-VIEILLE-POSTE, exemplaire de OCTOBRE

Et c’est tout car RIEN pour SAVIGNY-SUR-ORGE !

Il est inadmissible que les Saviniens ne puissent disposer d’un moyen d’informations.

En outre, l’argument financier ne peut pas et ne doit pas être retenu car des solutions alternatives existent que le Président a déjà formulées, à savoir :

  • Nous disposons du personnel compétent afin de rédiger les articles et de prendre des photos,

  • Nous disposons d’une imprimerie intégrée avec les capacités,

  • Rien de nous empêche d’éditer une gazette avec une grande partie en noir et blanc afin d’économiser sur les frais d’impression, ce que les Saviniens comprendraient,

  • Il est tout à fait possible de demander aux 39 élus, indemnisés pour les 10 adjoints et délégués ou bénévoles pour les autres, de se répartir le territoire de la commune afin de distribuer dans les boites à lettres,

Ce n’est donc pas un motif financier qui empêche le Maire, les adjoints et les services de communiquer et d’informer, mais alors qui ou quoi ?

Le Président mettrait bien cela sur le compte d’un choix et d’une volonté délibérés du Maire et de son incompétent directeur de cabinet en charge de la communication de ne rien faire pour l’instant puis de recommencer et d’intensifier la communication environ 1,5 ans avant les prochaines élections municipales  en 2020 afin d’essayer de se donner les moyens et des atouts pour se faire réélire.

Il n’est pas normal de ne pas informer ni de communiquer ; ainsi nous aurions pu rédiger une gazette qui aurait abordé les sujets suivants :

  • Projet ANRU 2 de rénovation du quartier de Grand-Vaux,

  • Travaux en cours de réalisation du TRAM 12 « MASSY-EVRY »,

  • Travaux de réalisation de la nouvelle gare routière du passage Sainte-Séverine,

  • Travaux de remise en état du groupe scolaire et du gymnase Kennedy,

  • Finances : justifier l’augmentation de la taxe foncière dés cette année et de la taxe d’habitation en 2017 et expliquer comment cet argent et ces nouvelles recettes vont être employées,

  • Fonctionnement du nouveau service « Le Portail des Familles »,

  • Tissu associatif : zoom sur une ou deux associations, plannings des évènements et compétitions, etc.

  • Commerces : zoom sur un ou deux commerces dont le ou les primés aux dernières « Papilles d’or », état des fermetures et des ouvertures, etc.

  • Services communaux : zoom sur un service en particulier qui expliquerait et détaillerait son fonctionnement,

  • Conseil municipal des Jeunes : point sur leurs activités et projets, etc.

  • Intercommunalité : point sur l’intégration au sein de l’EPT GOSB et perspectives nous concernant,

  • Plan local d’urbanisme : point sur l’avancement des travaux de finalisation tenant compte des remarques du Préfets, des institutions, des associations et des Saviniens,

  • Opération s des voisins vigilants : point sur le fonctionnement, les avancées, etc.

  • Affaires scolaires : explication du fonctionnement des activités périscolaires, etc.

  • Interviews diverses de collaborateurs et d’employés municipaux, de bénévoles dans des associations, d’habitants dans les quartiers, etc.

  • Rôle et actions des élus : demander à chaque adjoint et délégué de faire part régulièrement de leurs activités, de leurs projets, etc.

  • Rôle et action du Maire au sein de l’EPT GOSB dont il est le 9ème Vice-président, de la MGP (NDLR : Métropole du Grand Paris) dont il est Conseiller Métropolitain et du CD91 (Conseil Départemental de l’Essonne) dont il est le 11ème Vice-président (NDLR : 11ème seulement alors que notre Ville est la 4ème plus importante par le nombre d’habitants) .

  • Etc.

Un Maire ne peut pas laisser dans l’ignorance des choses quotidiennes qui touchent le cadre et la qualité de vie des administrés de sa commune, vous les Saviniens.

C’est d’une part de la lâcheté mais également de l’incompétence et de l’irresponsabilité.

Commerce amorphe

D’après d’enquête réalisée en octobre 2013 par LSA (NDRL : Libre Service Actualité) notre commune possède une très faible densité commerciale avec seulement 0,08 m² par habitant. A peine dépasse-t-elle les 2 500 m² en alimentaire, pour une offre en équipement de la personne réduite à 270 m². Et aucune enseigne en réseau pour l’équipement de la maison !

La densité moyenne Nationale est 0,76 m² par habitant, c’est dire si le gouffre est important…

Nous disposons de deux moyennes surfaces low cost, plus qu’un seul libraire et un seul chausseur, 2 marchés dont un moribond, pas de poissonnier, très peu de magasins de vêtements, etc.

L’attractivité est insuffisante et cela oblige les Saviniens à se rendre dans les villes avoisinantes.

L’unique attrait de notre commune réside dans son offre en matière de restaurants (NDLR : et n’oublions pas également les agences immobilières car il n’y a pas si longtemps on pouvait en compter 15).

Des communes agissent pour maintenir la diversité, dynamiser les commerces, favoriser la consommation locale, animer leurs quartiers, etc.

Nous, à Savigny, nous n’entretenons pas, ne nettoyons pas et n’embellissons pas les trottoirs, nous verbalisons à outrance et avec trop de zèle les consommateurs, nous ne dynamisons pas la ville, nous n’écoutons pas et nous ne prenons pas en compte les demandes et suggestions de nos commerçants.

Une association des commerçants existe, qui est forte d’environ 70 adhérents et elle n’arrive pas à peser et à faire évoluer l’inertie catastrophique qui est la résultante de la passivité et du manque de dynamisme du maire, de son adjointe et de son équipe.

Nous ne comptons plus les commerces qui ferment pour des raisons économiques ou pour d’autres raisons.

Et aujourd’hui, un exemple est frappant : à côté du restaurant LE MENIL, le commerce MONDIAL FENETRES a fermé. Quel commerce est en train d’ouvrir ? Un nouveau et Nième fast food !

Au lieu d’aider le restaurateur du MENIL, dont l’objectif et la volonté sont d’obtenir une étoile, nous permettons à un commerce dont l’image n’est pas valorisante de s’installer juste à côté.

Nous aurions pu l’empêcher ! Le Président a depuis longtemps précisé à l’ensemble de l’équipe majoritaire, au Maire et à l’adjointe en charge de l’économie et du commerce, qu’il existait une possibilité pour la municipalité de « choisir » les commerces dont elle a besoin pour élargir et diversifier son offre commerciale.

Bien entendu, ce n’est ni facile ni gratuit. Cela demande du temps, de l’investissement temporaire car une Ville peut prendre un arrêté et se porter acquéreur d’un fond de commerce en préemptant ; cela lui permet, ensuite, de trouver un acquéreur.

L’objectif du législateur est de permettre la pérennité et le développement des commerces qui sont en place.

L’argent ? On peut le trouver « facilement » en utilisant le moyen que le Président prône depuis plusieurs années et dont tout le monde est informé, à savoir : vendre une très faible partie du patrimoine municipal qui ne constitue pas une réserve foncière, qui ne servira pas au développement et qui n’a aucune utilité pour assurer le fonctionnement des services ni actuellement ni plus tard (NDLR : une liste des biens - établie par les services - qui peuvent être vendues avec les adresses, les arguments et les valeurs estimées par les Domaines est en possession du Président mais également du Maire, du DGS et des services).

N’oublions, qu’à une époque, la Ville s’est portée acquéreur de tous les commerces qui se libéraient au niveau du centre commercial du quartier de Grand-Vaux… Sauf que ce n’était pas avec ce même objectif et, en fait, je ne comprends toujours pas ce que les décideurs ont voulu faire ?

POURQUOI NE FAISONS-NOUS RIEN POUR NOTRE ECONOMIE ET NOS COMMERCES ?

On se prive de bonnes volontés

« Rien ne s’invente et tout se copie » surtout et principalement lorsque cela est intéressant, utile, positif et économe.

Ainsi, le Président que tout intéresse et qui s’intéresse à tout prospecte et recherche quotidiennement tout ce qui se fait de bien dans les communes voisines notamment.

Ainsi, il a dernièrement assisté à « La Fabrique Citoyenne » qui s’est tenue à MORANGIS.

Ainsi, il a pu discuter avec le Maire, Pascal NOURRY, avec des élus et avec des habitants et se renseigner sur l’opération « DEVENEZ BENEVOLE POUR VOTRE VILLE ».

Il s’agit de développer l’entraide en participant à des actions solidaires sur MORANGIS :

  • AIDER les Morangissois dans leurs formalités administratives,

  • DISTRIBUER les publications municipales,

  • ASSURER la traversée des enfants aux abords des écoles,

  • CONDUIRE le Morangibus,

  • TRIER les bouchons pour l’association « Les bouchons d’amour »,

  • ENTRETENIR et EMBELLIR la commune ; par exemple : peindre des barrières, cuisiner pour les bénévoles, planter des arbres, peindre les logements d’urgence, nettoyer des mobiliers urbains, coller des bandes rugueuses « handicap » sur les passages piétons, fabrication des décors de fin d’année,

  • PARTICIPER à l’élaboration d’un budget participatif à hauteur de 150.000€ destiné à financer des travaux ou des achats d’intérêt général,

  • Etc.

Nous, à SAVIGNY-SUR-ORGE :

  • On préfère payer des entreprises pour distribuer les publications municipales, recruter et indemniser des intervenants pour assurer la sécurité des enfants aux abords des écoles, passer des marchés pour le nettoyage et l’entretien des mobiliers, etc.

    NDLR : Economies possibles de l’ordre de plus de 60.000 €

  • On ne veut pas créer et mettre en place un service de navette à la demande alors que l’on dispose de 6 minibus dont celui qui vient de revenir du centre de La Savinière,

  • On ne veut pas réfléchir, tous ensemble, à des initiatives citoyennes comme, par exemple, organiser avec des bénévoles la cérémonie des vœux de fin d’année à moindre cout, mettre en place un système de ramassage scolaire pédestre du type « Pédibus », couper les branches des végétaux qui dépassent au-dessus des trottoirs aux domiciles de personnes âgées et/ou dépendantes, etc.

Ces exemples ne constituent que quelques suggestions parmi des dizaines, voire des centaines d’autres.

Personne n’a compris ni intégré que les Français, en général, et les Saviniens, en particulier, sont prêts et disposés à s’impliquer dans la vie de leur commune , à s’investir et à donner de leur temps selon leurs disponibilités : 1 heure par semaine, 1 jour par mois, 1 WE par an…

Nous disposons d’une ressource humaine inestimable avec des expériences, des vécus, des compétences, des savoir faire et de l’énergie et nous ne cherchons pas à en profiter !

Mon projet qui date de plusieurs années et qui a été longuement mûri consiste, dans un premier temps, à créer une association dont l’objectif principal serait de recenser puis de fédérer les nombreux bénévoles et volontaires Saviniens. Cette association pourrait constituer une sorte de « corps de réserve » qui pourrait rendre des services dans tous les domaines en collaboration avec les différents services municipaux et les autres associations d’afin d’apporter une aide spécifique, occasionnelle ou régulière.

Imaginez que l’idée du Président d’organiser « Une semaine de sport intergénérationnel dans tous les quartiers de la Ville » (idée qu’il avait soumise à feu Jean MARSAUDON il y a environ 10 ans mais qui n’avait finalement abouti qu’à la mise en place du « FORUM DES SPORTS ») soit finalement considérée et retenue : comment organiser ce très important événement sans l’aide complémentaire de nombreux bénévoles encadrés par le service municipal des sports et par les différentes associations concernées ?

Voici les grandes lignes du projet « DU SPORT POUR TOUS, PARTOUT ET PAR TOUS » :

  • Constitutions d’équipes mixtes et intergénérationnelles,

  • Organisation de rencontres sportives, chaque soir de la semaine et le samedi toute la journée, adaptées aux différentes tranches d’âges (par exemple la pétanque pour les séniors et le judo pour les plus jeunes) ou mixte (p.e . course à pied en relais ou tennis de table),

  • Grand rassemblement le dimanche dans le parc municipal des sports avec des rencontres, des démonstrations, des compétitions et un forum avec des exposants sur les métiers du sport, la nutrition, la santé, etc. Et pour clore la soirée, la remise de récompenses symboliques pour tous les participants suivi d’une « mise en valeur » des nombreux bénévoles et dirigeants qui forment le tissu associatif Savinien, la remise de récompenses pour les sportifs Saviniens compte tenu de leurs engagements et/ou de leurs performances, suivi d’un buffet participatif en même temps qu’un spectacle serait organisé par les différentes associations sportives et culturelles de la commune.

Le Président a des idées sur tout mais il a surtout des idées : il n’est pas le seul dans ce cas mais absolument rien n’est fait dans notre Ville afin de pouvoir profiter de l’intelligence collective.

Economies de fonctionnement

Parmi les très nombreuses pistes d’économies et d’augmentation des recettes de fonctionnement qui auraient pu permettre, d’une part de ne pas augmenter la fiscalité locale et, d’autre part, de maintenir ou d’offrir plus de services pour les Saviniens, en voici une :

Par arrêté en date du 1er septembre 2016, le Maire et son équipe décident de mettre à la disposition de l’Education Nationale des éducateurs sportifs municipaux au profit des écoles maternelles

et élémentaires de la Ville

Il ne s’agit pas d’une compétence de la Ville et nous n’avons pas à nous substituer aux services de l’Etat ! En outre le personnel enseignant possède les compétences.

Nous parlons de 7 ou 8 éducateurs, ce qui aurait permis de ne pas recruter et indemniser des intervenants extérieurs afin d’assurer des prestations dans le cadre de la réforme des rythmes scolaires et de la mise en place des nouvelles activités périscolaires (NAP) ; ce n’est pas rien !

Concernant ce même dernier sujet, il aurait été judicieux et économique de faire appel à des bénévoles associatifs dans tous les domaines ainsi qu’à d’anciens professionnels retraités afin de pouvoir, par exemple, susciter des vocations et se cultiver différemment.

Les 110 propositions d’économies et d’augmentation des recettes, que Bernard BLANCHAUD avait transmises à 28 élus, n’ont donné lieu à aucune concertation ni à aucune suite concrète.

Grave absence de projets

Un article du PARISIEN précise que la MGP, Métropole du Grand Paris, a retenu 3 projets en Essonne qu’elle va aider techniquement et qu’elle va financer :

  • 1 projet à CORBEIL-ESSONNES

  • 1 projet à COURCOURONNES

  • 1 projet à MORANGIS

Concernant ce dernier point, cela consiste à réhabiliter des locaux vétustes aujourd’hui occupés par des associations et

à aménager des équipements destinés à la promotion du maraîchage !

QUE SE PASSE T’IL DANS NOTRE VILLE ? N’AVONS-NOUS

PAS DES PROJETS AUTREMENT PLUS IMPORTANTS :

2 crèches / 1 maison médicale / 1 cinéma / Des panneaux solaires sur les toits des bâtiment publics / 1 maison des associations / 1 ensemble de salles polyvalentes  Des équipements sportifs de proximité dans les quartiers / Etc.

AVONS-NOUS SEULEMENT LA VOLONTE D’AGIR ET D’ENTREPRENDRE ???

Allons-nous encore laisser filer l’argent de l’intercommunalité sans en profiter tout en payant pour les projets des autres

comme cela se passait à la CALPE ?