Actualités

DIFFICULTES DE STATIONNEMENT

DIFFICULTES DE STATIONNEMENT : MAIRIE ET POSTE PRINCIPALE

Il est de plus en plus difficile, voire impossible, de trouver une place de stationnement, en journée, pour se rendre à l’hôtel de ville, au bureau de poste principal et dans les commerces du quartier.

Les causes sont multiples :

  • De nouvelles constructions,
  • Des pavillons qui changent de mains avec des propriétaires plus jeunes et motorisés,
  • Le service de l’urbanisme qui a été implanté dans l’hôtel de ville,

Mais, surtout et principalement, le fait que le parking de la mairie ainsi que les 2 petits parkings à proximité, rue Marie Chauvet, soient en zones bleues MAIS sans les panneaux obligatoires précisant la durée ! Cela empêche la rotation des véhicules et la libération de places…

Ainsi, des personnes prenant le train à la gare, stationnent toute la journée ainsi que des habitants du quartier.

Lorsque nous avons été informés de l’arrivée du service urbanisme dans les locaux de la mairie, et compte tenu du personnel supplémentaires mais, surtout, du plus grand nombre de visiteurs, nous avions suggéré de transformer le terrain que possède la commune, au n°75 rue de la Liberté, en parking pour le personnel.

Des travaux sommaires comprenant un revêtement rigide se posant sur la surface en herbe et une barrière à énergie solaire se déclenchant avec un code devraient couter aux environ de 25 à 30.000 €, ce ne serait pas une dépense inutile.

QUESTIONS ORALES CM DU 19 DECEMBRE 2019

Objet : Questions orales du groupe NOUVEL ELAN POUR SAVIGNY

RENOVATION DE VOIES

Des Saviniens se plaignent de l’état lamentable aussi bien de certaines chaussées que de nombreux trottoirs.

Concernant la rénovation des artères, vous nous aviez fourni, au début de cette année, un planning des réfections devant être réalisées courant 2019 et, parmi elles, figurait une 1ère tranche de la rue Carnot avec arbres et les éclairages.

Les riverains ainsi que les Saviniens qui empruntent régulièrement cet axe étaient contents de l’apprendre depuis le temps que la chaussée est déformée à tel point qu’il s’agit de véritables montagnes Russes.

Or, rien n’a été fait et ces mêmes Saviniens vous demandent pour quelles raisons le chantier n’a pas été réalisé comme prévu et quel est le nouveau calendrier prévisionnel ?

SITUATION ET STATUTS DES EMPLOYES COMMUNAUX

Nous posons les mêmes questions que celles que nous avons envoyées jeudi 12 dernier par courriel. Ces questions font suite à nos questions lors de la dernière commission traitant de la « Vie scolaire », aux réponses et aux affirmations de la maire-adjointe en charge et de la directrice générale adjointe des services à la population :

« Je fais suite à la tenue de la commission d’hier soir et je me permets de vous poser les questions suivantes :

  • ATSEM

L’article R*412-127 du code des communes prévoit que : « Toute classe maternelle doit bénéficier des services d’un agent communal occupant l’emploi d’agent spécialisé des écoles maternelles et des classes enfantines ».

Le code des commune n’impose, certes pas, un temps de présence obligatoire des ATSEM auprès des enseignants mais le nombre n’est absolument pas limité, ni fixé par les textes, à 1 ATSEM par école comme AM GERARD et vous l’avez précisé hier. Au contraire, les besoins sont fixés d’un commun accord entre la municipalité et le directeur de l’école.

Questions : Combien avons-nous de classes de maternelles, d’ATSEM titularisés, d’ATSEM contractuels avec quel type de contrat, d’ATSEM travaillant à plein temps (1.607 h/an), à temps partiel ?                    

  • CONTRATS CDD répétitifs

Notre question orale reprend le texte de la question posée par courriel le lendemain de la commission « Vie scolaire » suite aux affirmations de la maire-adjointe au maire en charge et de la Directrice générale des services adjointe en charge des services à la population

Une employée municipale va prendre RV avec vous concernant sa situation : chaque année, depuis 18 ans, elle signerait un CDD de 10 mois en qualité d’animatrice (car elle n’a pas le diplôme nécessaire afin d’être ATSEM) de début septembre à début juillet puis elle signerait d’autres CDD relatifs aux mois de juillet et/ou d’août.

Une autre animatrice, qui a démissionné à cause de la précarité de l’emploi, déclare avoir signé 7 contrats CDD successifs de 10 mois et qu’en outre la commune ne l’aurait pas aidée financièrement afin de passer le diplôme permettant de devenir ATSEM.

Question : Combien avons-nous d’animatrices et animateurs titularisés, contractuels, à plein temps, à temps partiel ?

                   Idem pour les agents d’entretien

                   Confirmez-vous que certains et certaines employés attendent, chaque matin, un appel téléphonique entre 9h et 9h30 afin de savoir où ils doivent se rendre ?

                   Confirmez-vous qu’après une année sous contrat (NDLR afin de faire ses preuves ?) les employés sous contrat d’un an sont titularisés ? Contrat d’un an ou moins au départ ?

                   Merci de bien vouloir me préciser combien d’employés signent des contrats CDD chaque année alors qu’ils ont déjà effectué leur première année sous contrat et qu’ils devraient être titularisés ?

Je vous remercie par avance pour vos différentes réponses.

VIDEOVERBALISATION

Pouvez-nous dire pour quelle raison l’appel d’offres a été déclaré infructueux et sans suite et quels types d’entreprises sont en mesure de soumissionner ?

PREVENTION SPECIALISEE ET ACTION EDUCATIVE

PREVENTION SPECIALISEE ET ACTION EDUCATIVE

Le département de l’Essonne (CD91) et l’EPT Grand-Orly Seine Bièvre (EPT GOSB) cofinancent à hauteur respectivement de 80%-20% les interventions de l’association ALLIANCE PREVENTION de MORANGIS.

Un effectif de 5 personnes sont affectées à notre territoire et ils disposent d’un local près de la Grande rue ; l’effectif n’est pas contractuel et il pourrait baisser en fonction des demandes des autre villes sous contrat avec le CD91.

Première remarque : le domaine social n’est pas du ressort de l’EPT GOSB mais ne le crions pas trop fort sinon notre collectivité devrait s’acquitter de la totalité des frais. .

La collaboration débuté début 2018 et cela a commencé par un diagnostic territorial qui a consisté en un travail d’investigation, d’observation, d’échanges auprès des jeunes, des partenaires, de la population de la ville ce qui a permis de se faire repérer, connaître, d’expliquer les missions et le cadre de travail.

Le diagnostic a permis de préciser les actions sur le terrain et les modalités d’intervention :

  • Le travail de rue, la présence sociale
  • La prise de contact avec les partenaires
  • Le développement du partenariat
  • Les réunions partenaires

Bernard BLANCHAUD s’est procuré le rapport d’activité de 2018 et il vous fait part, ci-après, de plusieurs éléments du constat fait par les éducateurs dans les 2 quartiers prioritaires :

  1. GRAND VAUX
  • Quartier insalubre, dégradations des constructions, abandon des commerces, présence de rats,
  • Quartier laissé à l’abandon : triste, sale, enclavé
  • Les jeunes se sentent peu respectés et considérés et rien n’est prévu pour eux : séjours, sorties, activités. Pas de créneau dans le gymnase Douillet
  • La maison de quartier est excentrée et les activités proposés ne sont pas adaptées aux plus de 17 ans
  •  
  1. PRES-SAINT-MARTIN
  • Les jeunes souhaiteraient plus d’aide et surtout qu’on soutienne les plus jeunes (18/20 ans)
  • Lieux de regroupement au niveau du kiosque et du parking
  • Le préau est très peu investi par les jeunes et les habitants
  • Les plus jeunes (15/18 ans) ne sont pas visibles sur le quartier, sont t’ils ailleurs ?
  • Les plus de 15 ans ne sont pas autorisés à se rendre dans la maison de quartier alors que l’accès à la salle informatique les intéresse pour leurs démarches diverses.
  • Pas de commerces dans le quartier ni d’associations
  • Quartier insalubre : manque de poubelles, garages détériorés, voitures abandonnées
  • Absence de vie de quartier, sensations de quartier dortoir
  • Aucune présence féminine dans le quartier quel que soit l’âge

DERNIER CONSEIL MUNICIPAL DE L'ANNEE 2019

DERNIER CONSEIL MUNICIPAL DE L’ANNEE 2019 JEUDI 19 DECEMBRE A 20H30

L’ordre du jour comprend, principalement, l’étude et le vote du budget primitif 2020.

Notre « Groupe politique d’opposition » officiellement créé et dénommé « NOUVEL ELAN POUR SAVIGNY », composé de Christophe GUILPAIN (MODEM) et Bernard BLANCHAUD (Sans Etiquette), va s’y opposer pour les raisons principales suivantes :

  • Nous faisons partie de la commission municipale permanente en charge des finances et nous aurions dû instruire ce dossier en apportant nos propositions, ce qui n’est aucunement le cas ; encore une fois nous allons subir une décision prise par 3 personnes et 1 cabinet extérieur,
  • En votant le budget avant le 31 janvier 2020, nous nous interdisons d’emprunter jusqu’à ce jour et de tirer un emprunt que nous avons pourtant voté,
  • Idem, et nous nous interdisons de pratiquer une reprise anticipée du résultat excédentaire de l’année 2019 qui est connu en temps réel et qui est très important,
  • La nouvelle équipe qui va gagner les élections municipales le 22 mars prochain devra composer avec un budget déjà voté qui va conditionner les marges de manœuvres pour le reste de l’année 2020 même si des décisions modificatives pourront être votées.

Le budget qui va nous être présenté sera limité en termes de dépenses de fonctionnement car une très grande partie de l’excédent 2019 va être transféré à la section d’investissement afin de couvrir le besoin de financement. Or l’emprunt avec des taux très bas auraient pu permettre de garder une partie de l’excédent de fonctionnement afin, par exemple, de développer et de créer de nouveaux services.

L’endettement de la commune et la dette par habitant sont à un niveau très bas ce qui est synonyme d’une collectivité qui végète car elle n’investit pas.

Nous voterons contre un autre projet de délibération qui est relatif à un projet de création d’une maison des associations (NDLR uniquement) sportives et du service des sports pour un montant de 1.900.000 euros !

Ce projet d’équipement n’a fait l’objet d’aucune consultation ni concertation ! son utilité reste totalement à prouver ! Son cout prix total de 2,1 M€ (NDLR avec les études préalables) aurait pu être utilisé pour, par exemple, construire une halle sportive car nombre d’associations manquent de salles pour leurs entraînements, des équipements sportifs de proximité sur l’ensemble du territoire de la commune, etc. Un consultation de l’ensemble des associations et des acteurs concernés aurait pu permettre de définir les priorités.

VESTIAIRES DU CO SAVIGNY FOOTBALL

VESTIAIRES DU CO SAVIGNY FOOTBALL ET CLUBHOUSES ATHLETISME ET FOOTBALL

Bernard BLANCHAUD a demandé et obtenu les plans du projet dont on nous dit, depuis le départ, qu’il comprendra un clubhouse commun aux associations SAVIGNY ATHLETISME 91 et C.O. SAVIGNY FOOTBALL.

Petit rappel sur le déroulement de ce chantier :

  • Appel d’offres pour désigner un Maître d’œuvre 
  • Dates et montant inconnus
  • Appel d’offres pour la démolition et le désamiantageAttribution du marché : 21/6/2019 
  • Montant : 65.290 € HT / 78.348 € TTC
  • Parution de l’annonce du marché : fin 05/2019
  • Appel d’offres pour la constructionDate limite de réponse des soumissionnaires : 29/8Montant : inconnu
  • Attribution : inconnu
  • Parution : 21/7/2019

Pourquoi ne pas avoir lancé la consultation de la construction en même temps que celle de la démolition, soit en mai dernier ?

Pourquoi s’obstiner à faire paraître des marchés publics au cours des mois de juillet et août alors que bon nombre d’entreprises sont en effectif réduit et qu’elles ne peuvent (NDLR veulent) pas soumissionner ?

Les plans illustrent 6 vestiaires pour les joueurs et 2 pour les arbitres, 1 bureau de 12 m2 (peut-être pour l’athlétisme), 1 bureau de 20 m2 (peut-être pour le football) et un espace convivial de 65 m2.

A noter encore une fois que le projet initial s’élevait à 0,8 M€ et qu’il est subitement passé à 1,5 M€ sans aucune explication.