Actualités

MAUVAISE AMBIANCE AU SEIN DU PERSONNEL COMMUNAL

MAUVAISE AMBIANCE AU SEIN DU PERSONNEL, ABSENTEISME ET POSTES NON POURVUS

On ne compte plus les départs, les arrêts maladies (le burn-out n’est pas reconnu mais le harcèlement si) et les changements d’affectations voulus ou subis !

La plupart des services sont touchés ce qui nuit réellement à l’efficacité des services rendus et au climat qui n’est pas à la sérénité : quel gâchis !

Où faut-t’il rechercher la cause ? Plusieurs pistes sont avancées :

  • Une logique de rentabilité or ce n’est absolument pas le rôle d’une collectivité comme une mairie.

Tout le monde sait ou devrait savoir qu’une mairie est et sera toujours déficitaire et qu’elle ne survit que grâce aux aides, subventions et dotations de fonctionnement.

Certains services coutent peu à la collectivité et d’autres beaucoup plus mais cela est assimilé et accepté car un service public ne doit pas viser la rentabilité mais la qualité du service rendu. Un exemple : s’il fallait faire payer le coût réel d’un repas pris à la cantine, il n’y aurait plus aucun enfant ni membre du personnel !

Par contre, lorsque nous serons aux commandes de la mairie, nous rechercherons l’efficience ou l(efficacité de gestion à l’aide d’une véritable comptabilité analytique service par service, un audit et la comparaison avec d’autres modes de fonctionnement et de gestion.

  • Un encadrement renouvelé qui a moins l’esprit social comme leitmotiv ou bien qui obéit aveuglément à des consignes strictes.

Depuis environ 2 à 3 ans, de nombreux chefs de services ont été remplacés et un certain nombre de postes de catégorie A (grade le plus élevé : fonctions de conception et de direction) ont été créés. Le personnel de la catégorie B (fonctions d’application) et de la catégorie C (fonctions d’exécution) sont de plus en plus encadrés, surveillés voire brimés. Les heures supplémentaires disparaissent, l’annualisation des salaires a supprimé les primes dominicales, les charges sont payées par les employés bénéficiant d’un logement par nécessité de services, etc. 

Certains employés suivent des formations puis s’inscrivent à des concours mais souvent, lorsqu’ils ont obtenus un diplôme permettant de gravir un échelon, le poste n’existe pas et personne n’envisage de le créer.

Dans les collectivités, le conseil municipal créé des postes ce qui permet d’embaucher et/ou de promouvoir un employé. Ainsi il y a quelques mois, nous avons procédé à un « nettoyage » de la liste car de nombreux postes avaient été créés depuis des années mais ils n’avaient jamais été pourvus.

En conclusion, on ne peut pas dire que la bienveillance caractérise les relations au sein du personnel dans notre commune, ce qui est bien dommage et dommageable pour les salariés, les habitants et les finances.