Association Citoyenne Apolitique

Mouvement collectif de réflexion et d'initiatives Citoyennes
Unis et citoyens, l'urgence d'agir ...

Actualités archivées

Renouvellement urbain du quartier de Grand Vaux

Le samedi 10 décembre, je me suis rendu au départ de la marche organisée par les services.

Le compte Facabook de la Mairie stipulait :

Grand-Vaux : penser les modes de déplacements de demain en sillonnant le quartier SAMEDI 10 DECEMBRE - 10h

Dans le cadre des études menées dans la préparation du projet de renouvellement urbain du quartier, la Ville et ses partenaires invitent les saviniens à venir participer au:« diagnostic en marchant », samedi 10 décembre à 10h.

... les participants à ce tour de quartier seront invités à échanger au sujet de leurs modes de déplacements et les perspectives de changements ou d'améliorations qui pourraient venir enrichir le projet

Etaient présents au démarrage

  • La Ville : le Maire Eric MEHLHORN (il est parti dés le départ), Nadège ACHTERGAELLE 1ère adjointe en charge (elle est partie en cours de route), Mathieu FLOWER adjoint à la démocratie locale (il habite dans le quartier) et Alexis TEILLET délégué en charge de la mobilité (il est parti dés le départ)

  • Les entreprises, architecte, bureau d’études, etc.

  • 2 habitants de la partie locative (qui sera réhabilitée)

  • 4 habitants de la copropriété

  • Des associations et des habitants d’autres quartiers

Pourquoi seulement 2 habitants ont répondu présents alors que leur avenir se joue en ce moment ?

Manque d’informations ? Absence d’une communication ciblée et efficace ?  

Si même les élus en charge, Nadège ACHTERGAELLE et Alexis TEILLET, ne se mêlent pas aux discussions et n’assistent pas à la totalité de l’action, il est certain que cela doit décourager les habitants.

Le thème était celui des transports, du stationnement, de la circulation de la continuité piétonne.

Aucun document n’a été fourni afin d’expliquer comment serait réalisé le passage sous les voies de la SNCF afin de se rendre à la future gare routière d’EPINAY ; alors qu’il s’agit d’un nouvel accès pour le quartier.

Personne, ni même Mathieu FLOWER pourtant représentant de la ville auprès du SIAHVY au même titre que le Président, n’a pensé à expliquer aux habitants qu’un cheminement piéton allait être créé le long de l’Yvette. Bernard BLANCHAUD a pris la parole afin d’expliquer.

Je comprends que les habitants rejettent toutes les initiatives mises en place par l’exécutif car il se sentent véritablement rejetés et laissés « dans leur coin ». ; et ce depuis de trop longues années.

Je me rappelle précisément des remarques qu’ils ont faites lorsque nous tractions à l’occasion des élections municipales : « On ne vous voit qu’à cette occasion car vous pensez avoir besoin de nos voix ! ».

Il fait dire la vérité et tout dire en ne cachant rien.

Ainsi, le délai de réalisation de cette rénovation devrait clairement être placardée : il s’agit d’un chantier qui va durer entre 10 et 14 ans !

Marchés de Noël dans notre Ville

Le W.E. des 10 et 11 décembre, je me suis rendu sur le site du marché de Noël de notre ville.

Le constat est accablant !

A l’extérieur, aucun sapin de Noël et les quelques « minables » décorations de part et d’autre de l’entrée représente des elfes et des farfadets !

Manque à ce point de volonté et d’imagination ?

Un sapin coute moins cher qu’un repas du Maire au restaurant LE GRANGE AUX DIMES à WISSOUS et c’est « la » représentation de Noël pour tous les enfants du monde.

Réaliser des décorations sur le thème de Noël à partir de planches en bois peintes est d’une facilité déconcertante pour nos menuisiers municipaux très expérimentés et capables.

A l’intérieur, c’est du « déjà vu » sans grande nouveauté ni originalité. Bien entendu, il faut féliciter et remercier les exposants et commerçants car leurs présence est une grande satisfaction.

Quid de concours de dessins des enfants des écoles, d’atelier maquillage, de cours de décoration de la table du festin de Noël , de cours de bricolage afin de réaliser des cadeaux pas chers à offrir, de la présence d’un marchand de vins et spiritueux qui pourrait expliquer comment marier un vin à un plat, de cours de cuisine afin de réaliser une bûche de Noël, de spectacles organisés par les associations artistiques, etc.

Pourquoi la boite à lettres pour le Père Noël n’a pas été rapatriée de l’entrée de l’hôtel de ville où elle se trouve jusqu’au présent marché ?

Bref, il aurait été judicieux d’organiser, courant septembre une réunion avec les services concernés, les commerçants, les associations et les Saviniens prêts à s’investir.

Au lieu de cela, quelque chose qui nous laisse sur notre faim…

Que dire des 7.500 € payés à une société de CRETEIL afin de réaliser l’animation ? Que dire des 3.200 € donnés à une entreprise de BONDOUFLE afin d’assurer le support technique et la sonorisation ?

Je pense que cet argent aurait pu être économisé en grande partie en faisant appel à un élan citoyen de la part de tous.

Traitement des déchets et réduction de la ficalité locale

Le système de ramassage des déchets ménagers (ordures, emballages, papiers, verres, etc.) est sous-traité à une entreprise spécialisée.

Ce poste budgétaire coute une petite fortune à notre commune et, bien entendu, il est répercuté dans la taxe d’habitation que chaque Saviniens paye annuellement.

Un système alternatif a été mis en place depuis de nombreuses années qui consiste à aménager des points d’apports volontaires.

Le principe est celui-ci :

  • Des bornes sont aménagées au-dessus de cuves enterrées,

  • Les bornes sont multiples afin de trier les déchets à jeter,

  • Les particuliers font l’effort de se déplacer et d’aller déposer leurs déchets dans les bornes correspondantes.

Les avantages de ce système sont multiples :

  • Moins de nuisances puisque les camions d’enlèvement seront moins nombreux dans les rues tôt le matin,

  • Moins de camion signifie moins de bruit, moins de pollution et moins d’engorgement des rues aux heures de pointes,

  • Diminution importante de la facture de sous-traitance pour la collecte des déchets,

  • Réduction équivalente de la taxe d’habitation.

Le syndicat SIREDOM auquel adhère notre commune a mis au point un concept qui est duplicable dans chaque commune.

Des aménagements s’adressent aux résidences et aux grands ensembles et d’autres correspondent aux quartiers d’habitations pavillonnaires.

Des aides importantes permettent aux communes de réduire le cout.

Question : qu’attendons-nous pour mettre en place un tel système alors que des aménagements fleurissent dans la plupart des villes voisines ?

Il ne semble pas que le niveau de la fiscalité locale ni que la question du cadre de vie soit une préoccupation prioritaire de nos élus dirigeants, et c’est très dommage !

Propreté urbaine et tri sélectif

Actuellement, dans notre commune, les corbeilles à déchets sont un modèle unique qui ne permet absolument pas le tri sélectif.

Le système de ramassage des déchets ménagers (ordures, emballages, papiers, verres, etc.) est effectué par les services municipaux.

Puisqu’il qu’il n’y a pas de possibilité pour que les habitants jettent leurs déchets dans des contenants adaptés et identifiés, l’ensemble du contenu d’une corbeille est placé dans une benne ; la benne sera emmenée à l’usine du SIREDOM à VERT-LE-GRAND.

Que se passe t’il là-bas ? Le contenu de la benne est t’il trié ? Je pense plutôt que l’ensemble est incinéré !

Un système alternatif a été mis en place depuis de nombreuses années qui consiste à aménager des corbeilles multiples qui permettent le tri sélectif par les habitants.

Le principe est celui-ci :

  • On aménage des corbeilles de différentes couleurs,

  • Chaque corbeille de couleur dispose d’une inscription expliquant quels déchets elle peut recevoir,

  • Les services municipaux passeront moins souvent puisque 3 corbeilles remplaceront une seule,

  • Les déchets seront ramassés séparément selon leur destination finale : ordures à incinérer, autres déchets à recycler et/ou à valoriser.

Le syndicat SIREDOM (2ème plus grand syndicat de France) auquel adhère notre commune pourrait prendre en charge la recherche du meilleur fournisseur et grouper les commandes des collectivités afin d’obtenir le meilleur prix.

Le traitement des déchets, leur valorisation et leur recyclage permettra de réaliser d’importantes économies qui seront répercutés afin de permettre une diminution du cout annuel de fonctionnement ; ce qui signifie également une baisse du cout pour notre ville et une baisse des impôts locaux équivalente.

Ce système pourrait également être mis en place dans l’ensemble des bâtiments communaux tels que écoles, gymnases, parc des sports, etc.

Qu’attend-on pour mettre en place un tel système ?

Cadre de vie et plantations

Actuellement, l’entreprise sous-traitante en charge de l’entretien des espaces verts municipaux plante des arbres dans le parc Champagne.

Je m’y suis rendu et j’ai vu qu’il s’agissait d’arbres dénommés « liquidambars », de très beaux arbres qui, une fois adultes, seront superbes.

Cependant, je me pose les questions suivantes :

  • Pourquoi planter des arbres dans un parc qui en accueille déjà un très grand nombre,

  • Mais surtout, pourquoi n’est t’on pas en mesure de planter des ARBRES FRUITIERS ?

Planter des arbres fruitiers de la région (pommiers, poiriers, noyers , etc) et arbustes (framboises, mures, cerises, etc) dans les parcs et rues de notre commune permettrait de profiter une fois de plus de la nature en ville.

Des collectes de fruits pourraient alors être organisées par des écoles, centres, associations, etc, ceci afin d’organiser des actions pédagogiques et d'éviter un amoncellement de fruit pourris.

Autre avantage, les personnes nécessiteuses et/ou les personnes sans-abris auraient aussi un peu plus à manger chaque jour.

Qu’attend-on pour planter des arbustes et arbres fruitiers dans les rues, les squares et les parcs de la Ville ?

Un problème d’argent ? J’en doute compte tenu des résultats financiers suite aux augmentations d’impôts.

Si tel est le cas, il pourra, encore une fois, être fait appel à la générosité des Français : dans d’autres communes, une famille peut « adopter » un arbre en le fiançant et en obtenant en contrepartie que son nom soit mentionné sur une plaque.

En parlant de plaque, rien d’empêchera que des plaques signalétiques expliquent la variété, le cycle, les caractéristiques des fleurs et ou des fruits, etc. afin de servir de support à des actions pédagogiques vis-à-vis des enfants des villes.