Association Citoyenne Apolitique

Mouvement collectif de réflexion et d'initiatives Citoyennes
Unis et citoyens, l'urgence d'agir ...

Actualités archivées

Impôts locaux et services

L’Espace Jean Lurçat (NDLR la salle des fêtes) à JUVISY vient d’être rénové et réaménagé, et il va rouvrir ses portes.

Le montant des travaux dépasse les 3 M€ : Quelle aubaine pour

Robin REDA et pour les Juvisiens qui n’en paieront qu’environ 10%

Rendez-vous compte que si Eric MEHLHORN n’avait pas innocemment refusé la présidence de la CALPE, SAVIGNY aurait pu faire financer :

  • Achat et rénovation du cinéma l’Excelsior,

  • Réalisation de salles polyvalentes avec une maison des associations, un point unique d’accueil et un point d’informations pour la jeunesse.

Quelle erreur politique et quel manque de courage de la part de notre maire Eric MEHLHORN ! Au lieu de cela nous payons ces 3M€ avec nos impôts et nous sommes toujours démunis dans tous les domaines : culture, jeunesse, santé, commerce, vie associative, sport, etc.

La Savinière: vente aux enchères de ce jour

La vente aux enchères a eu lieu ce jour

mardi 21 novembre 2017 à 14h30

Aucun acheteur n’a fait d’offre 

Le prix de départ fixé à 408.000 € , va-t-il être revu à la baisse par le maire, Eric MEHLHORN,

avant de renouveler l’opération ?

Ou bien va-t-il demander au conseil municipal de l’autoriser à vendre

de gré à gré à qui bon lui semble ?

Nous nous opposons toujours à la vente et nous suggérons

de créer un Syndicat Intercommunal de Gestion

avec d’autres communes d’Ile-de-France

Les villes où il fait bon vivre en Ile-de-France

LE PARISIEN édition du 23 septembre 2017

Notre classement des villes où il fait bon vivre en Ile-de-France

En s’appuyant sur toutes les données disponibles à l’échelle des 385 communes de plus de 5 000 habitants de la région (dont les vingt arrondissements de Paris), puis en les regroupant en huit catégories, nous avons construit un indice de qualité de vie.

385 communes passées au crible Comment avons-nous procédé ? Avec notre cellule data, nous avons traité des milliers de statistiques disponibles pour les 385 communes de plus de 5 000 habitants que compte la région. Ces données ont servi à nourrir trente et un indicateurs que nous avons classés en huit catégories. Le poids de celles-ci varie en fonction de deux critères : ceux qui sont « capitaux » tous les jours et à tout âge (transport, sécurité, environnement, coût de la vie) pondérés avec le coefficient 10 et ceux que nous avons jugés « utiles » (éducation, santé, commerce, sport et loisirs), auxquels nous avons attribué le coefficient 5. A l’intérieur de chaque catégorie, les indicateurs pèsent plus ou moins. Par exemple, dans « environnement », le fait de disposer d’une grande surface boisée dans sa commune pèse deux fois plus que le fait d’être voisin d’une commune « verte ». Au contraire, dans « coût de la vie », un prix de l’immobilier élevé fait perdre des places dans le classement.

Méthodologie

Les critères utilisés pour effectuer ce classement ont été regroupés en huit grandes catégories. En plus d’un classement général et par département, nous avons ajouté sept classements par catégorie ; la sécurité n’y figure cependant pas. Nous n’avons pas souhaité publier un classement des « villes les plus sûres », dans la mesure où il nous manquait des chiffres essentiels : les faits constatés par la police et la gendarmerie par commune. Ces données ne sont malheureusement disponibles qu’à l’échelle départementale. Pour information, notre catégorie de sécurité est composée des chiffres suivants : la présence d’un poste de police ou de gendarmerie, la présence d’une zone de sécurité prioritaire (ZSP), la présence d’un « quartier politique de la ville » (QPV) et la proximité avec une ZSP ou un QPV (commune limitrophe).

Liste des critères utilisés

Transport

  • Le temps moyen pour se rendre sur son lieu de travail (coef. 10) 

  • La pluralité de l’offre de transport présente sur la commune (le métro compte triple) - (coef. 10) 

  • Le temps de parcours jusqu’au centre de Paris (Notre-Dame) - (coef. 10) 

  • La proximité avec une gare ferroviaire (coef. 7) 

  • La distance avec la première bretelle d’autoroute (coef. 3)

    Environnement

  • La proximité d’une zone de nuisance sonore aérienne (coef. 15) 

  • La présence d’une zone d’activité économique sur la commune (ZAE) - (coef. 15)

  • Présence d’un cours d’eau dans une commune limitrophe (coef. 7) 

  • La superficie des espaces verts et des surfaces boisées dans la commune (coef. 6) 

  • Présence d’une grande surface boisée dans une commune limitrophe (coef. 3) 

  • La probabilité de risque naturel et industriel (coef. 3) 

  • La qualité de l’eau (coef. 2) 

  • La qualité de l’air (coef. 2)

    Coût de la vie 

  • Le prix de vente médian au mètre carré d’un appartement ancien sur la commune (coef. 7) 

  • Le prix de vente médian au mètre carré d’une maison ancienne sur la commune (coef. 3) 

  • La capacité de remboursement de sa dette par la municipalité (coef. 3)

    Commerces et services publics

  • La présence de supérettes, d’épiceries et de pharmacies sur la commune (coef. 5) 

  • Le nombre de petites et grandes surfaces rapportés à la population (coef. 5) 

  • Le nombre de restaurants rapporté à la population (coef. 5) 

  • Le nombre de services publics rapporté à la population (coef. 5) 

  • La présence d’autres commerces de proximité (coiffeur, fleuriste, etc) - (coef. 3)

    Santé 

  • Le nombre de médecins généralistes et de spécialistes, rapporté à la population (coef. 10) 

  • Le nombre d’établissements de santé, rapporté à la population (coef. 5) 

  • Le nombre de maisons de retraite, rapporté à la population (coef. 3)

    Education

  • Le nombre de lycées présents dans le top 200 du classement des lycées d’Ile de France publié par Le Parisien (coef. 10) 

  • Le rapport entre le nombre d’enfants en bas âge et le nombre de place en crèche dans la commune (coef. 8) 

  • Le taux d’étudiants présents dans la ville par rapport au reste de la population ? (coef. 2)

    Sports et Loisirs

  • Le nombre d’équipements culturels (conservatoire, théâtre, cinéma) rapporté à la population (coef. 8) 

  • Le nombre d’équipements sportifs rapporté à la population (coef. 8) 

  • Le nombre de licenciés sportifs rapporté à la population (coef. 3) 

  • La présence ou le nombre de sites classés monument historique à moins de 3km du centre-ville (coef. 5)

    Classement des 385 villes : SAVIGNY-SUR-ORGE est classée 318ème / 385

    1er CHARENTON-LE-PONT = 80,08 points / 100

    2ème NEUILLY-SUR-SEINE = 78,40

    ……

    318ème SAVIGNY-SUR-ORGE = 58,00

    …..

    384ème FLEURY-MEROGIS = 49,92

    385ème et dernière : GOUSSAINVILLE = 46,07

Envoyez-nous un courriel ou un SMS si vous souhaitez recevoir le classement complet

Déplacements

Ce jour, le journal LE PARISIEN publie un article sur un sujet simple et ingénieux destiné à résoudre certains problèmes de déplacements.

Il s’agit d’un système portant différents noms : « Rézo-pouce », « Auto-Stop partagé », « Navette Citoyenne », etc.

Le concept est simple :

  • Les services municipaux mettent à la disposition des automobilistes volontaires des macarons destinés à être positionnés sur leurs pare-brise, après avoir fait signer un document d’adhésion au système,

  • Les habitants souhaitant utiliser les services se rendent également en mairie afin d’être identifiés et de se voir remettre une petite pancarte.

  • Les services de la commune identifient les endroits les plus adéquates et aménagent des repères.

  • Un riverain souhaitant utiliser les services d’un automobiliste se place devant un repère en tenant sa pancarte,

  • Un automobiliste passant devant le repère s’arrête et fait monter la personne afin de la véhiculer selon le trajet qu’il va accomplir.

Imaginez tous les bienfaits de ce système, par exemple ; un automobiliste sort du parking de la gare pour se rendre sur le plateau, une ou plusieurs personnes sont présentes à un emplacement identifié et elles tiennent un panneau avec inscrit « le Plateau », le deal est rapidement conclu sans cout supplémentaire pour l’un et l’autre et surement plus rapidement qu’avec les transports en commun. Et cela conviendrait à différentes autres situations de la vie quotidienne.

REMARQUE et CONSTAT

Lorsque Bernard BLANCHAUD était conseiller municipal en charge des déplacements, il avait présenté ce système à Eric Mehlhorn, le maire, début 2015 en argument sur le cout très faible, les services rendus et la visibilité de l’action municipale.

La réponse avait été rapide et cinglante : « Je ne suis pas convaincu, alors on ne va pas le faire ! ».

Je pense que si nous avions, à l’époque, pu organiser des réunions de travail et de réflexions, par exemple, à l’aide des commissions permanentes existantes, la majorité auraient pu obliger le maire à adhérer au système et à donner son accord.

Ce comportement qui permet à un seul homme omnipotent de dire oui ou non selon ses seules convictions est absurde et irresponsable ; il démontre l’absence totale de démocratie, de positivité et de réalisme.

Ce comportement rejaillit dans tous les domaines et les Saviniens s’en aperçoivent quotidiennement.

Cet exemple est un parmi de nombreux autres… à suivre.

Survol de SAVIGNY par des avions dimanche 11 septembre

Après avoir constaté le survol de notre commune, hier, de nombreux Saviniens m’ont contacté afin de m’alerter.

En outre, le Président de l’association ELAN SAVIGNY a très rapidement envoyé un courriel à l’ensemble des adhérents afin de pointer ce dysfonctionnement.

J’ai contacté les services de la DGAC et d’ADP en fait valoir ma qualité d’élu, conseiller municipal, et de président de l’association NOUS SAVINIENS.

La réponse d’ADP n’a pas tardée qui m’a été délivré, ce jour lundi 11/09, à 14h36mn.

La voici :

Tout d'abord nous vous confirmons que les travaux de rénovation de la piste 4 de l'aéroport Paris-Orly se sont bien déroulés du 25 juillet au 25 août.

En réponse à votre interrogation suite à votre mail voici les informations en notre possession :

Suite à une collision aviaire ce dimanche 10 septembre 2017 à 14h08 sur la piste n°4,  l'exploitation de la plateforme Paris-Orly a été perturbée. Afin que les services de lutte animalière procèdent au nettoyage et au contrôle de sécurité, la piste n°4 a été fermée de 14h08 à 17h30. Pendant cette période, certains décollages ont été opérés depuis la piste n°3 et depuis la piste n°2 occasionnant des survols inhabituels de la commune.

Le Groupe ADP vous prie de bien vouloir excuser la gêne occasionnée par cette exploitation exceptionnelle qui relève de la sécurité aérienne.

Puis la réponse de la DSNA, mission environnement, m’est parvenue à 15h07mn :

Vous avez demandé des explications concernant les survols exceptionnels de votre commune ce dimanche 10 septembre entre 15h30 et 17h30 par les avions de Paris-Orly.

Nous vous informons qu’un Airbus A320 au départ sur la piste n°4, en configuration de vent face à l’Ouest, a dû interrompre son décollage à la suite d’une ingestion d’oiseaux, ce qui a endommagé les 2 moteurs, les volets et le train obligeant l’avion à revenir au parking.

Cet accident, et la présence persistante d’un nombre important d’oiseaux, ont conduit le contrôle aérien à arrêter les décollages de cette piste n°4 et à devoir temporairement les reporter sur la piste n°2, excepté les avions gros porteurs qui décollent toujours sur la piste n°3 pendant ce mois de septembre. Les atterrissages étant par contre toujours opérés normalement en piste n°3.

Cette situation a duré 2 heures, soit entre 15h30 et 17h30, ensuite l’exploitation de l’aéroport a retrouvé son cours normal.

Il s’agit visiblement d’une situation exceptionnelle pour une raison impérieuse de sécurité et je pense qu’il n’y a rien à redire ni à critiquer.